Comprendre les obligations et investir dans les meilleurs ETF

Depuis environ 15 ans, les obligations d’état ou d’entreprise sont largement sous exploitées par la majorité des investisseurs particuliers. Et pour cause, les taux de rémunération n’ont jamais vraiment dépassé les 2% sur cette période alors que la moyenne historique est autour de 6% avec un pic à 16% dans les années 80 en France. Pour autant la tendance est peut-être en train de s’inverser, notamment aux états unis ou les analystes estiment que les taux pourraient atteindre les 3.5% avant la fin de l’année.

Dans cette vidéo nous allons expliquer comment fonctionnent les obligations financières. Est-il intéressant d’y investir actuellement ?  Quels ETF obligataires faut-il acheter ?

Qu’est ce qu’une obligation ?

Les obligations financières, « bonds » en anglais, sont la 1ere grande classe d’actif échangeable sur les marchés financiers devant les actions en bourse. Pourtant peu de personnes connaissent leur fonctionnement.

il s’agit d’une reconnaissance de dette de la part d’un état ou d’une entreprise, à qui vous avez prêté une somme d’argent.

Prenons un exemple : Imaginons que la France ait besoin d’argent (oui, nous sommes en déficit perpétuel depuis de nombreuses années). L’état Français va faire appel aux investisseurs en disant : voilà, j’ai besoin que l’on me prête 100€ sur une durée de 10 ans, à quel taux accepteriez-vous de me prêter (exactement comme lorsque tu vas voir ton banquier en sollicitant un crédit). Les institutionnels (banques, fond d’investissements) vont alors répondre en proposant de prêter les 100€ sur 10 ans, à un taux d’intérêts donné.

Admettons que vous achetiez 100€ d’obligations 10 ans à l’état Français, disons à 5% : vous prêtez 100€ au gouvernement Français qu’il ne vous remboursera que dans 10 ans. En attendant le remboursement de sa dette envers vous, vous percevrez chaque année 5€ d’intérêts (5% de 100 euros), et à l’issue des 10 ans, vous serez remboursés de vos 100€ prêtés initialement.

Dans cet exemple, si vous conservez cette obligation jusqu’à sa maturité (ici 10 ans), vous aurez au total récupéré vos 100 euros et gagné 5*10 euros (les intérêts durant les 10 ans), soit au total 150 euros pour un montant initial investi de 100. Ça c’est la base.

Que devient une obligation après son émission

Il existe des situations où l’on peut vouloir récupérer son capital initial sans attendre la maturité de l’obligation. 

En effet, si tu as acheté des obligations d’état à échéance 30 ans, tu auras probablement besoin de récupérer ton investissement initial avant que 30 années se soient écoulées! 

Dans ce cas il est possible de revendre cette dernière sur le marché secondaire. Il s’agit en quelque sorte d’un marché de l’occasion sur lequel les obligations s’achètent et se revendent en cours de vie.

Il faut alors savoir que le marché secondaire tient compte de l’évolution de la situation depuis l’émission d’origine. Imaginons que la situation économique d’un pays se soit fortement dégradé depuis la date de création de l’obligation. A l’origine, celle-ci valait 100 et payait 5€/an (soit 5% à ton prix d’achat). Aujourd’hui, plus personne ne veut prêter à ce pays à 5% car trop risqué : les nouvelles obligations émises sur le marché primaire rémunèrent donc le prêteur à 10%. Problème : Si tu cherches à revendre la tienne en cours de vie, personne ne voudra te la racheter à son prix d’origine. En effet, qui voudrait investir dans un produit qui rapporte 5% alors que tu peux trouver le même qui rapporte désormais 10% ?

Ainsi, si tu as absolument besoin de vendre ton obligation, tu vas devoir baisser son prix de vente pour faire remonter le rendement. En effet, quel que soit la valeur actuelle de l’obligation, celle-ci rapportera toujours 5 euros par an à son détenteur car l’état ou l’entreprise s’est engagée là-dessus. Donc si au lieu de la revendre 100 (prix auquel elle n’intéresse personne), tu la vends 50, alors le nouvel acheteur touchera toujours 5euros/an de coupons, mais ce dernier représentera un rendement de 10% par rapport à son prix d’achat (5/50). Et en plus il aura la possibilité de récupérer 100 euros à la fin de la maturité car l’état s’était engagé à rembourser cette somme, peu importe que la reconnaissance de dette ait changé de mains. Le nouvel acheteur peut ainsi gagner de l’argent grâce au coupon annuel (les 5 euros), mais aussi lorsque l’échéance arrive à terme et que l’état rembourse les 100 euros de dette.

D’ailleurs, le cumul de ces 2 types de gains est souvent résumé en 1 indicateur qui s’appelle le Yield to Maturity (YTM), que vous pouvez trouver sur certains sites financiers.

Pour finir, rien ne t’oblige à revendre une obligation en cours de vie ! Le prix sur le marché secondaire est juste une proposition pour te racheter ton obligation à un instant donné. Dans mon exemple précédent, rien ne t’oblige à vendre à 50. Tu peux toujours conserver ton obligation en touchant 5euros de coupons jusqu’à sa date de maturité. A l’échéance, tu seras remboursé de tes 100 euros initiaux.

J’ai pris l’exemple ou la valeur des obligations baissait (cad que les taux augmentaient), mais l’inverse est également applicable, et tu peux revendre une obligation plus chère que ce que tu l’as achetée si les taux diminuent !

Qu’est ce qui influence le rendement d’une obligation ?

  • Le risque de l’obligation
  • La date de maturité de l’obligation
  • L’action des banques centrales
  1. Le risque: De la même façon que la banque regarde la solidité de votre dossier lorsque vous empruntez, les investisseurs vont évaluer le risque qu’un état ou une entreprise fasse faillite sur la période du prêt: plus une obligation est risquée, plus le coupon doit être élevé pour attirer les investisseurs. Si les obligations Allemandes et Grecques avaient un rendement identique, tout le monde investirait sur celles de l’état allemand, ce qui ferai mécaniquement monter leur prix et donc baisser le rendement de l’obligation : on reviendrai très vite à une situation ou le rendement de l’obligation allemande est inférieur à celui de la grecque, ce qui est normal car moins risqué.
  2. la date de maturité: il existe des obligations de toutes durées : de quelques mois à plus de 30 ans. Plus l’échéance est lointaine, plus le risque est (en théorie) élevé. C’est normal, si tu es à peu près sûr de retrouver ton argent si tu le prêtes à l’état Italien dans 5 ans, qui sait quelle sera la situation dans 30 ans. Donc l’obligation 30 ans aura un meilleur rendement que l’obligation 5 ans. De plus, les obligations courtes sont moins sensibles à l’évolution des taux durant leur vie : en effet, si la situation se dégrade et que l’obligation perd la moitié de sa valeur sur le marché secondaire, il est relativement facile de patienter 1 an ou 2 pour que l’état rembourse le montant initial si l’échéance de l’obligation est proche. Si l’échéance est dans 30 ans, tu seras obligé de la revendre à un moment donné sur le marché secondaire et donc d’encaisser ta perte. C’est pour cela que plus les obligations ont une maturité lointaine, plus elles seront sensibles aux évolution des taux.
  3. Les taux directeurs des banques centrales. En effet, comme ces dernières contrôlent la création monétaire, elles peuvent influer sur les taux obligataires. Pour cela elles achètent des obligations sur le marché en augmentant le volume monétaire en circulation : elles créent de la monnaie euro ou dollar à partir de rien et s’en servent pour racheter des obligations sur le marché. Cela déséquilibre le ratio offre/demande ce qui fait mécaniquement monter le prix des obligations et artificiellement baisser le rendement de ces dernières. C’est ce mécanisme qui permet aux états d’emprunter sur les marchés à des taux très faibles ces dernières années, alors que leur dette est au plus haut.

Est-ce une bonne idée d’investir en obligations dans le contexte actuel ?

Nous venons de le voir, les achats massifs d’obligations par les banques centrales maintiennent les taux artificiellement bas depuis une vingtaine d’années. C’est une façon pour elles d’injecter de l’argent dans l’économie et c’est ce qui permet à la France et à d’autres pays d’emprunter artificiellement à des taux très bas.

Ce phénomène est à mettre en parallèle avec l’inflation : Injecter trop de liquidités dans l’économie en achetant des obligations peut conduire à une augmentation des prix (comme il y a plus d’argent qui circule, la valeur de celui-ci diminue).

Hors, l’inflation a atteint des niveaux record cette année, plus de 8% en Allemagne par exemple. Pour ne pas accentuer ce phénomène, les banques centrales réduisent leurs injections monétaires dans le système, ce qui conduit à faire baisser la valeur des obligations sur les marchés et par conséquent à augmenter les taux.
Les obligation d’état américaines 10 ans, cad la référence mondiale, rapportent actuellement plus de 3%, leur plus haut rendement depuis plus de 10 ans. 
Idem en Europe, l’obligation 10 ans italienne rapporte actuellement 3.6%.

Alors comment savoir si c’est le bon moment pour acheter des obligations ? C’est difficile à dire, personne n’a de boule de cristal. Mon avis personnel est que l’inflation actuelle a été largement amenée par la flambée des prix des matières premières, lié au conflit ukrainien, aux confinements toujours d’actualité en chine qui ne produit plus suffisamment et fait monter les prix. Il s’agit de phénomènes que je crois temporaires. De plus, la majorité des états occidentaux sont fortement endettés. Augmenter les taux ne pourra pas se faire indéfiniment, au risque de mettre en difficulté les états les plus fragiles qui devront payer plus cher pour financer leur dette.

Nous sommes actuellement à plus de 3% sur de grosses économies occidentales, je ne pense pas que nous retrouvions des niveaux à 7 ou 8% comme par le passé. Donc la période actuelle peut sembler intéressante pour verrouiller un rendement de 3% sur des placements quasiment sans risque.

Rien de tout ceci est un conseil en investissement, cela reflète juste ma vision personnelle du marché obligataire à des fins éducatives. Investir comporte des risques de perte en capital.

Comment investir en obligations ?

Le marché obligataire direct est difficile d’accès, le ticket d’entrée étant à plusieurs milliers voire dizaines de millier d’euros pour une seule obligation n’est pas adapté à tous les portefeuilles.

Il existe heureusement de multiples ETF relativement accessibles pour l’investisseur particulier.  Vous pouvez vous rendre sur Just ETF pour faire vous-même votre sélection : c’est globalement assez simple et vous pouvez appliquer la plupart des critères de sélection d’ETF expliqués dans cet article. Je vous recommande de choisir uniquement des ETFs capitalisants, la distribution étant fortement taxée en France, autant que les coupons soient directement réinvestis.

Quels sont les meilleurs ETF obligataires ?

Si l’on résume les choix, vous trouverez des ETFs sur 3 zones géographiques différentes: Etats unis, Europe, marchés émergents. Pour chacune de ces zones vous pouvez investir soit sur de la dette d’état (Tresury bonds), soit sur de la dette d’entreprise (Corporate bonds). Ensuite selon les ETF vous pouvez avoir une précision sur la maturité des obligations détenues ou sur la qualité de ces dernières.

Par exemple, Le iShares USD Treasury Bond 1-3yr investis sur les obligations de l’état américain ayant une maturité entre 1 et 3 ans. Il existe également en version 3-7 ans ou 7-10 ans. Ce sont des ETFs très utilisés et avec de faibles frais (0.07%/an). Il s’est apprécié de 5% en 2021 et de -1% à ce jour en 2022.

Vous pouvez également investir en Europe sur le même format, ou en chine avec par exemple le iShares China CNY Bond UCITS ETF USD (Acc) qui s’est apprécié de 17% en 2021 et de 4% à date en 2022. Les frais (0.35%) sont un peu plus importants mais restent acceptables.

Coté entreprises, vous avez le SPDR Bloomberg SASB U.S. Corporate ESG qui investis dans des entreprises de qualité (Investment grade) dans le monde entier via des obligations à échéances courtes et longues. Il présente des frais modérés de 0.15%/an et a eu une performance de 6.88% en 2021 et pour le moment de -8% en 2022.

D’une façon similaire, vous avez également le iShares USD Short Duration Corporate Bond UCITS ETF (Acc), qui investit sur des obligations de courte durées 3-5 ans pour des frais de 0.2%/an. Sa performance a été de 8% en 2021 et de 2.5% en 2022 à ce jour.

On voit que cet ETF avec des obligations courte est moins impacté à la baisse par la hausse des taux récente.

Sur quel type d’obligations faut-il investir via un ETF ?

Pour être complet, je dois vous donner l’inconvénient majeur, selon moi des ETF obligataires. Sur une obligation classique, vous disposez d’une protection de votre capital initialement investi ; en effet, dans le pire des cas, si les taux évoluent défavorablement, vous n’avez qu’à attendre, toucher vos coupons, et à la fin de la maturité vous êtes certain de récupérer votre mise de départ.

Ce n’est pas le cas avec les ETF obligataires. Lorsqu’une obligation arrive à son terme, l’argent est récupéré et utilisé pour acheter une nouvelle obligation. Comme l’argent est sans cesse réinvesti, vous ne pouvez pas vous dire que vous conservez l’ETF jusqu’à sa maturité pour récupérer votre capital de départ, simplement car il n’arrive jamais à maturité. Et si les conditions du marché obligataire se dégradent, vous pouvez perdre une partie de votre capital initial le jour de la revente. C’est pour cela qu’il vaut mieux privilégier selon moi les durées de maturité courtes, car elles sont moins sensibles à l’évolution des taux, et à de potentielles pertes qui pourraient survenir.

 

Si au contraire, tu souhaites un placement avec capital garanti, je t’invite à lire cet article : en effet, si tu es résident fiscal Français, tu peux bénéficier de la garantie en capital des fonds euro en assurance vie, qui sont également composés d’obligations d’état !

(Visited 1 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.